EVIA

L’ile d’Eubée (Évia en grec) est un territoire de montagnes, de petits villages et de forêts denses. Des pins d’Alep majestueux côtoient des sapins de Céphalonie, et des pins Piniers. L’élevage, l’apiculture et la récolte de la résine de pins sont les principales sources de revenus de cette région.

Les habitants de l’île mènent une vie simple, paisible. Il y existe une entraide évidente, beaucoup de débrouilles, les gens semblent heureux.

 

En aout 2021, leur vie tranquille s’est transformée en cauchemar. Sous l’effet d’une canicule exceptionnelle, avec des températures dépassant les 40 degrés, plus de 50 000 hectares de l’île ont été anéantis en quelques jours par des incendies.

 

Les terres des agriculteurs ont été ravagées, les bêtes des éleveurs décimées, les ruches réduites en cendres, les forêts de pins carbonisés, et certainement une grosse partie de la faune sauvage asphyxiée. Evia, ce petit paradis comme disent certains locaux, s’est transformée en paysage de désolation.

 

Les conséquences pour les habitants sont considérables. Les Éleveurs ont perdu une grosse partie de leurs bêtes. Les survivantes sont souvent blessées, elles ont des brulures et leurs cornes ont littéralement fondues. Les apiculteurs ont perdu leur ruche, et leur stock de miel en même temps. Ceux qui vivent de la récolte de pins, n’ont plus de travail. Leur métier de résignier va probablement disparaitre de l’île.

Les aides de l’état se font attendre. Sans ces aides, les habitants de ces petits villages vont avoir du mal à se relever d’une pareille catastrophe.

 

Le pourtour méditerranéen risque de rencontrer dans les prochaines années des incendies de forêt plus dévastateurs encore à cause du réchauffement climatique. Une facette de plus des catastrophes qui nous attendent si nous n’arrivons pas à diminuer rapidement les émissions de gaz à effet de serres.